• Je suis Charlie

    Je suis Charlie

    Bonjour à tous,

    aujourd'hui je poste juste un article en réaction aux événements qui nous agitent tous en ce moment..

    Je n'ai évidemment pas dit tout ce que je pensais, je saute quelques points, et j'ai essayé de réfléchir le plus possible à la situation et à mon opinion. Je poste juste ma réaction, que vous pouvez lire (ou non) en essayant de ne pas trop étriquer mes pensées ; et je n'ai certainement pas une grande position pour discuter et débattre du sujet mais après tout, j'ai quand même le droit de donner mon avis, aussi petite que je sois, alors j'y vais..

    Vous pouvez également partager votre ressenti.. À bientôt !

     

    Pourquoi « Je suis Charlie » ?

     

     

    Je suis Charlie parce que l'acte me révolte, et qu'il m'attriste et qu'il me choque. Les dessinateurs morts, je ne les connaissais pas plus que ça, le journal je ne le lisais même pas, mais vous savez quoi : je suis quand même Charlie ; parce que je soutiens toutes les familles, parce que même si je n'étais pas « directement concernée » par une perte de mes modèles ou de dessinateurs qui ont bercé mon enfance, comme pour beaucoup, je suis pour ce qu'a réveillé cet attentat. Je suis Charlie parce que je comprends le combat que ça a réveillé et que je trouve ça grave qu'on doit faire taire à coup de fusil ceux qui osent déconner et rire de nous.

    Je comprends que des caricatures ou des moqueries peuvent nous atteindre et nous faire mal, mais il y a d'autres façons de nous faire entendre et de demander respect ou peu importe ce qu'on recherche que par des balles, que par du sang et par le meurtre et la tuerie. Pourquoi faire couler le sang ? Pourquoi tuer douze personnes quand on est en colère ? Les pulsions, ça se calme et ça se maîtrise. On ne se venge pas pour « sauver » nos valeurs ou notre religion en se débarrassant de son HUMANITÉ. Ce que je condamne en étant Charlie, c'est la tuerie, c'est la haine et la facilité de tuer. Charlie était assez intelligent pour faire passer des messages dans le dessin, dans les mots ; pourquoi alors y répondre par les armes ? …

    Ça a soulevé une révolte, de la colère et de la tristesse ; et j'en suis ! Une révolte pour « la liberté d'expression » qu'on a voulu supprimer, en supprimant ceux qui osaient l'ouvrir et qui avaient le malheur de le faire par l'humour. Oui, on partage tous des idéaux différents, oui on peut tous se sentir insulté ou touché, oui certaines choses ne se disent pas. Mais si ce qui se dit ne plaît pas, il y a un million de façons d'exprimer son mécontentement avec dignité et humanité. Il y a un million de façons de demander crédit, de faire cohabiter plusieurs façons de penser, sans prendre des vies car qui sommes-nous, humains, pour décider que quelqu'un est bon à mourir ? Nous ne sommes rien face à la mort, nous ne sommes pas ceux qui doivent en décider, nous ne sommes personne pour décider si une vie doit être enlevée...
    Ce qui transparaît aussi dans cet acte immonde qu'était la fusillade, c'est la volonté de faire taire, de réprimer, de supprimer et d'oppresser l'opinion des autres parce que ça ne nous plaît pas.

    « Mais, insulter une religion, c'est de la liberté d'expression ? », mais, tuer douze personnes, c'est rendre l'honneur à sa religion ?

    Moi, quand je vois que c'est des caricatures et des mots qui sont à l'origine de la haine qui a causé cette fusillade, quand je vois qu'on condamne l'humour et la satire ; là ça me touche aussi vraiment. Beaucoup. Parce qu'avec ça, je pense aux autres, qui font de l'humour noir et qui sortent de scène en plaisantant sur le fait qu'ils peuvent « se faire démonter en quittant le théâtre » pour ce qu'ils viennent de dire ; je me souviens de ces humoristes qui plaisantent de la mort, des religions, de leur belle-mère ou de je ne sais quoi encore. Bref, je pense aux humoristes que j'aime, aux personnes qui font de la satire et qui me plaisent dans leur façon de penser et de l'exprimer ; et je n'arrive pas à imaginer que peut-être la prochaine fois, « ce sera leur tour »... Parce que cet acte de barbarie dont nous avons tous été témoins la semaine dernière, c'était aussi un avertissement, une façon de nous effrayer et de dire à tous ceux qui font la même chose que Charlie Hebdo, tous ceux qui s'expriment à travers la satire, « regardez, la prochaine fois, ce sera vous », et ils veulent qu'on la ferme parce qu'on doit avoir peur d'être les prochains à se prendre une balle. Et bien justement, ils ont fait le contraire ; ils nous ont tous mis debout, ils nous ont tous obligé à gueuler et à nous accrocher à notre liberté d'expression et au droit qu'on a de l'ouvrir. Ils nous ont tous fait devenir Charlie.

    En bref, je ne veux pas dire « Charlie Hebdo c'est la vie, c'est le meilleur journal weshh » parce que je ne veux pas être hypocrite. Je ne lisais pas vraiment Charlie Hebdo, je ne peux émettre de vraie opinion sur ce qu'ils produisaient pour l'instant ; mais je peux m'exprimer sur les conséquences de leurs actes et sur l'attentat qui s'est produit. Oui, je peux m'exprimer pour dire que tuer n'est pas la solution ; nous ne vivons pas sous une dictature où quand quelqu'un nous dit que notre robe est moche on lui met le canon sous la gorge et on tire. On vit dans un pays libre où donner son avis est autorisé, et où les limites sont connues et les excès condamnés. Et justement, on est dans un pays qui condamne bien, qui condamne juste ; et cet attentat, ce n'était pas ça.

    À ceux qui étaient vraiment attachés aux dessinateurs et à Charlie Hebdo, pour qui ça avait une grande valeur, je suis profondément désolée ; mais ils ne sont pas morts... Ils entrent juste dans la seconde partie de leur vie, l'apothéose ; la partie où ils ne sont plus seuls à dessiner mais accompagnés de toute la France. Oui, à vous, je n'arrive même pas à imaginer votre douleur et votre tristesse, quand même détachée de Charlie Hebdo, j'ai reçu un grand coup au cœur...

    Toutes mes condoléances aux familles, je suis Charlie.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Janvier 2015 à 19:03

    Moi aussi je suis CHARLIE

     

    2
    Vendredi 9 Janvier 2015 à 21:33

    J'aime beaucoup ton texte, et je suis Charlie, nous sommes Charlie

    3
    Vendredi 9 Janvier 2015 à 21:55

    Cette phrase qu'elle soit ou non de Voltaire: "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dîtes, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire" résume tout le symbole que représente Charlie Hebdo. En rappelant en passant que la liberté de la presse est souvent la première visée dans les états totalitaristes. Nous ne voulons pas de ça chez nous. Les français, nous pouvons être beaucoup de choses (raleurs, espiègles, feignasses, revendicateurs, non mobilisés par les politiques (faut dire qu'ils en racontent tellement des conneries les gars! ^^ ) mais là, on a attaqué l'une de nos plus chères valeurs: la liberté! nous dirons toujours NON aux dictatures de quelque nature qu'elles soient! LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE! Bienvenue chez nous! Vive la tolérance!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Samedi 10 Janvier 2015 à 07:11

    Oui ! Merci Cati

    5
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 14:33
    Humm je suis triste pour Charlie moi aussi...Mais ce que montre les informations et la télé c'est faux ._.

    Les deux frères sont mort il y a un peu près de 10 ans en Syrie...Tout ça était un coup monté par la France pour sont intérêt...

    Si vous voulez j'ai des preuves de ce que j'avance...

    Sinon Charlie est bien mort dommage T_T
    6
    Samedi 11 Avril 2015 à 23:12

     

    Merci pour ton article  très explicite 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :